Obama aurait un goûteur craignent d’être empoisonné par la droite radical américaine

Barack Obama aurait semble-t-il une peur d’être empoisonné . Le président américain ferait en effet appel à un goûteur parmi l’équipe chargée d’assurer sa sécurité afin de tester tous les plats qui lui sont servis, rapporte le journal The Independant, en Grande-Bretagne.

L’information est sortie après la rencontre cette semaine à Londres du Club des Chefs des Chefs, qui regroupe les cuisiniers personnels des leaders de la planète. Le dirigeant américain ne ferait pas confiance aux chefs radical de droite américaine et anglaise et il se ferait accompagner en permanence d’une personne à plein temps pour vérifier que ses menus ne sont pas dangereux pour sa vie ou sa santé.

Courant chez les dirigent contestés par une population radical qui n’ont peu l’évincer du pouvoir

Il n’est pas le premier dirigeant à employer un goûteur. La pratique est même courante chez les lieder du monde, à commencer par son prédécesseur et compatriote George W Bush. Le quotidien anglais rappelle en outre qu’Adolf Hitler, l’ex-dirigeant roumain Ceausescu ou encore Saddam Hussein en faisaient tout autant, de même que les empereurs romains ou la famille des Borgias au Vatican en 1515 en Italie.

A noter que Obama n’est pas le seul à faire des caprices en matière de nourriture. La reine Elizabeth II elle refuserait de manger des crustacés, son époux Philip exigerait de la bière à table plutôt que du vin. Quant à Vladimir Poutine,on apprend qu’il détesterait les betteraves.

Publié dans Nouvelle,novel, Novel/nouvel | Tagué , | Laisser un commentaire

20140628-132443-48283897.jpg

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

The forest of Arabituks.  » Dimike the Grimill boy « 

English version

The forest of Arabitruks

the young Dimike left is village of Vigrimalk 8 hours ago approximately. He was stopped on the way to relax a little, eat soft cheese, fresh fruit and some nuts of Grimile, and, of course, drink water. Leaving the hills of Gorfoux, provisions on the back, a soft leather bag, and two fresh water gourds slung.

Dimik, crossing the small Azarrek stream,at the same time, he cleared one of its empty gourds and the filled with cold water in a hollow of the Creek, flowing lace, in the direction of the forest. Then, it continue to the edge of the vast ticket, or we could, in the distance, clearly admire of great oak trees with thick foliage. Very high trees, with the extremely broad party, offering has its base, well-lit, well-ventilated undergrowth. The undergrowth is rich in nature, with a soft green carpet, peel of lime colour, without any dead wood. Even the base of trees. Further down along the edge of the forest, came out people with fair skin Brown, one the back, a stretcher wooden « L »-shaped, filled with a load of wood, rising up above the head. These people walked with force and without saying a Word, at most a few words to laugh at children who accompanied them.

The boys also carried their bundle of wood with also a kind of strap passed above the head, attached to the stretcher, the wider central part of the belt positioned on top of the head front. This method helps to sustain very heavy loads and travel long distances. All the days the men of fairly distant villages, as well as women and children, leave harvest timber in the woods of the great forest, back to the house. Also edible products such as mushrooms, wild berries,medicinal herbs, condiments and wild grass . It is first the wood that they take to maintain the fire of the hearth of their kitchen. They can walk for hours to pick up wood and bring it back to the village. Sometimes two or three persons choose to cut down a tree. The shaft must be dead, sick or very damaged. It takes time to cut large branches with machete and split the trunk in two pieces. Sometimes they carry a single heavy log and it takes great resistance to transport it on long distance. The time for them has no importance. Go to the village with heavy burden does not change their moods. This time their fact skipped the chore. The cheerfulness, kindness are always present. Their offer of aid is not a good idea. Pity is not in their way of thinking.

The young Dimik entered the forest, face damp in the softness of the wind. He walked head high, step on, lightweight, breathable delicate scents floating in the air. You could feel smells of fungus, lichens and small sweet fruits. Small flowers in unique colors also offered their fragrance delicate and totally unknown to the other lands.

Soon appeared a trace, a kind of stroke by humans or beasts. It is a pale brown abstract path without well typed stone, ranging to the remotest regions of the forest. A path traced by coil under a small clear mist. A thick layer of silver white vapour was hiding the track. Vapors coat which was there covering the trail fractal soon, went in motion and swooped in space.

Dimik focused attention to everything around him. He wish to see a few spirits hidden behind a stone, a tree or a fungus and have a conversation with them. Nothing escaped him the beauty of nature and its most secret things.

This forest of Arabitruz was known to the area of Gara-Dine. It was also known that here,more then anywer, that also this immense forest inhabited by good weren’t spirits. Energy and telluric forces of this region revealed a great intensity and favoured the proliferation of supernatural spirits,such as Elves, Gnomes and the Devas. This is not new this truth about the spirits of nature. In this well forest other spirits find refuge. There was also from the four key elements that is water, the air, the fire and the soil. Crystals, the metal and wood are also revealed mild and cheerful spirits. the novelty was the clouds of Sphere-spirit. Here they the appointed the Orbitals. It seems that they appear at dawn, when the Sun points and at dawn when it disappears, but it said that it also appear in the court of the houses in the villages and even in the rooms of children especially in the morning very early. They may appear by hundreds and even thousand.

It was also known that human who ventured there for one or two weeks at least, had a greater receptivity in this forest, and could connect with these beautiful spirits and even interact with them. If they were the least bit sensitive with an open heart, they could even called them and the possibilities was great that they can receive a word, phrase or a real contact communicating,only by thought. This forest is an adventure in itself.

III

Dimik was an young man of about twenty five years old, of the tribe of the Vartarikx. The mens of this community had the characteristics to be little , thin, and smooth. Dimik had emerald green eyes a golden iris, and blond hair with highlights green. Small blond eyebrows in a face seemingly always cheerful with a humble continuous smile. A running face and brown-clear without folds or ride. Pink Lips, an aquiline nose and a small Chin a little pointed but rounded. « Men measured all more than five cubits high in this community. »The measures of this Kingdom are, the cubit, the span or the acre, the finger, the sole, the sommières and rope. These last two measures are only agrarian and infrequent use. The number of cubits that compose varies from 8 to 24, according to the villages. Despite the difference in the size of males, the length of a cubit varies little between 45 and 47 centimeters. »

The young Dimik wore trousers made of fiber of asclepias, silky and very water resistant textile. Light brown trousers, tight on the body including the bottom, turn double wide rim, taped to the ankles, with a well-crafted Green Ribbon along the seam and simply attached. The top of the pants had as a flap square at the front and the back with each two large buttons, attached a strap, made of wood carved, round and varnished with beeswax, then lacquered pine resin. Cording or past the wide belt of a finger, a good square belt made of hardwood, surrounded by hazelnut kernels dried, dyed color beet. Dug into the waist belt, a symbol shaped spiral triple, color green lime with in its centre a small stone of moon of a white Milky, placed cabochon and arched a tiny golden lace with a root of Hazel painted. Everything was sealed with beeswax and lacquered to a kind of lacquer made of pine resin boiled with other pulled Hazel bark residue and a rubbery SAP extract of a tree very former, Astrakhan.A green shirt with a collar in long point stitched cross stitch blue and dark red. A Brown plum lace bind V front opening chest. Sleeves laced to the wrists of a Ribbon color of blue plum with two logs dyed red and indigo blue at the ends. A tank top Burgundy with two small pockets of dark green colour, on each side. The outline was embroidered with Gold Ribbon. Shoes Cook kid with a sole made of linen woven and wrapped and sewn rope has the shape of the foot in hidden wire. All the inhabitants of the community of Vartarikx is this kind of shoe but with different model. There’s even an artisanal factory that produced during six moons per year. The tip of the shoe finished curved pointed. The upper made of cooked green inside the Arch of the foot and Brown on the outside. A red and green lace woven threaded into the four holes, finished in double loop with four small logs painted dark orange and lime green. And finally a Brown and green tile linen stockings.

Chapter IV

Adranex the sage,

let me introduce myself; I am Adranex the great green owls. It’s me who has decide to tell you this story then that had to, one day, telling it that the world then learn the truth about this unknown world. It is up to me to tell while I know the background of this hidden world inside of the Earth whose gateway is among other in central Ankur, in the Highlands of the environments, near the large extinct volcano which we call affectionately, Agarnax-Agha. A bit is the custodian of this land unknown and enchanting. Good distance West, there are three huge stones of one hundred thousand ton each, seemingly come to have don’t know or dropped there, aligned, hundred a bent one another and everything covered in Grove and Bush. People who, coming from very far to go to the great ocean of Asmaraty, seeing these mountains of rock at the edge of the main road, are amazed by this strange appearance. This became a sacred place for one and a place to visit for travelers looking for the most unique and secret places here.

Me Adranex, I am the custodian of this tribute of Vartaryx from six hundred years. I’m like a Phoenix who has all six full moon, become completely invisible, disappearing like a poof of smoke, and, another Second, I find my appearance, totally regenerated as on the first day, in beauty of a green Emerald and bright lime color, gradient of pale brown around the eyes, which are colored gold. My mind essence just a grouping of stars named La Cross. Each of the twelve regions of the Kingdom to a guardian spirit appearing in the form of a bird of paradise, or stars if you want. More specifically the Cygnus constellation.

Chapter V.

….Back to my story. Toward the center of this large and beautiful forest, there is a small Prairie, with a narrow ten acres of long Lake and five in its widest. The Lake is situated in the Southeast to one hundred cubits of the great ELMS, more massive trees of Prairie. The water of the Lake is as clear as the turquoise water of the beautiful lakes of the countries in the West of the continent. This is due to the limestone which is all over this land of the West, and with the time of pink and yellow limestone aggregates are dissolved and slipped to the bottom of Lakes.

Here, near giant trees, this expanded water is by deep place of thousand loads. These banks are made of limestone sand and Pink mother-of-Pearl reduced. He y’ has a small pier built on big stakes of wood planted in the sand in shallow water on the shore. The dock is made of beautiful solid boards tinted Brown saddled with beeswax. A large rope braided linen will connect the pontoons raised between them, Hook to the pontoon at the end of the wharf, four round buoys of color green and white, made of Cork and pine wood. This really gives a look of real dock. There’s a kind of canoe of golden yellow color made large junk and braided grass. This boat is use to make the crossing to the island of Olyphante half a place. An island in the shape of Crescent Moon, surrounded by Sandy of pale pink and golden. It is there that life Daryal, a wise old hermit. The centre of the island is a small forest of ELMS and ash trees whose foliage is dark blue with emerald green glints. The trunks are beet red fine violet. At the centre of the forest there is a small thinning named Phangus-Tran, she hides a fountain at the foot of a tree named Astruf. It takes six men in to the trunk tour a cuff. And the bark is so old that it looks more to stone. The place is named, « the fountain of Aglae », the name of an Elf who lived near the place for more than a thousand years of our time.

Fountain takes it source in the hollow of a rock, named, rock of Gaelatum. It measures nearly six cubits high and four wide, split crosswise in the Middle, and then a hole big as a fist of man leaves water of purity… almost invisible. Coming out of the cavity a empty dry bamboo three hose must circumference, cut bevel to help the flow of pure water. The liquid flows gently has strong regular flow, falling on a black stone with a circular hollow in the Center. This stone, heavy as a man, half-moon shaped, rests on the bed of Pebble white and pink, suggesting a small stream which flows down the slope.

The great rock of Gaelatum is,from the rear, half buried.The top is lined with yellow color grass, covered with small black flowers and a few blue mushrooms and wheat. The water is so clear that the consistency is almost unreal, with flashes of pink gold. That is, what we say, the pure water of the region. On the little slope, at the top of the stone, there is a red beet basalt stone surrounded by blue mushroom. It was carved in the gross form of two flames which winds spiral one in the other towards the sky and ending in two rounded hooks. A yellow gold from bottom line top made with a long dried nettle root separates the two flames. This sculpture measures at least two angled wide by 5 high. What impression of magic and power than this secret place!

Chapter VI

the townland of Vapartan and the village of Vigrimalk.

The village of Vigrimalk is one hundred mile,South of the river Prongue-Val. When we approach the village from the North, we can see off a narrow meadow surrounded by half-moon by a thousand cubits high cliff. When, in the distance, we distinguish buildings, surprise are similar homes to castles back great Galleon Spanish or privateer, fixed at correct height in the cliff; as if the rest of the big boat was pressed inside of the cliff.

These are former big ancient boats there are over two hundred years, used by foreign legations arrive by river Prongue-Val. This River enters more than a thousand places within the region passing between volcanoes, high mountains, the Valley, and then through the green meadows of the country of the Middle finally. The owners of large yachts that it ventured up to the limits of this country wanted to open commercial counters, intending to do trading with the local communities. But without much success. Then, one day, about one hundred years ago, a huge Typhoon swooped on the continent and the water of the river Prongue-Val this set to climb and climb. That day, three large sailboats was inked in the harbour in a small Bay near the land of the South. There was no first on this windy day. This storm that day durra was so strong that the water level rose quickly with the powerful North wind. This was the flood up to one hundred places and more has the inside of the lowlands of the Gonhan. This water destroyed everything in its path, carrying tons of debris over a long distance. Also the great Galleons was washed away, tossed in every direction, the large mast shattered, tearing all the wing swept away by the strong wind. Rigging in distress without rudder and not one man on board.The waters that arrived to the village of Vagrimalk destroyed everything in its path. Houses, commerces, fields, barns, everything. The majority of the population who was warned in time was already evacuated on the heights of the high cliff of Cape Antranail, contemplating the disaster, helpless before the fury of the storm. Also the Galleons them was thrusted up to this hit pell-mell against the wall of yellow limestone of this high cliff opposite the sunken village.

After a week the waters receded. He had more no building, everything had been destroyed and washed away except the three galleons. They were too heavy, stranded there, at the foot of the cliff, lying on their side as at the bottom of a Lake drained, interlaced by ropes pele – meddling.

At this time the inhabitants began to came down from the cliff, mourning the loss of all their possessions. He had to start from scratch.The grand Chief of the village got the idea of this use of the Galleons as places or this refuge. The Galleons were straightened, supported by pieces of the broken mast. He made these three boats their refuge or remains for the coming months for a large part of villagers. Is that came the idea of this use of these boats used in the back part, and it mounted and attach to the cliff high enough for this protect any other disaster of its kind. They used all that there was good in his stranded vessels. Pulleys, rope, hoists but especially any foodstuffs of all kinds stored in the holds dry was not damaged. Furniture, bed, bedding, cutlery, the battery of kitchen glassware lingerie everything was preserved. Water, ice, wine, plant, flower, fruit, vegetables. They had so many things that the people of the village was dismayed both to the loss of all their good and voila that fate had just their give an incredible abundance at the foot of the cliff side which had saved them from disaster.

Person has never come claim the Galleons or merchandise. For the construction of new building they demolished a party of one of the boats plank by plank from the front he built a small warehouse for y stoker wood and any other matter relevant to the construction. A second warehouse was built for y stoker all product, commodity, and cereal .There was even 6 horses in one of the holds, with all the equipment. These beautiful horses were scared and tired of this storm but they was breast and save and recover very quickly with the care of some people who loved animals.They therefore began by deconstructing a first sailboat, then two and the third. With the year this was a village built in the shape of Castle of Galleon in the cliff. Having deconstructed them, they learned how they was done and was able to reconstruct such castles to the first. Bridges had been built to move from one dwelling to another. The fourth building was named, the holiday house. It was made from the front of one of the largest vessels. The nose of this construction went along to more than a hundred elbow and was the highest building of the cliff more than fifty cubits high. Building bridge serving terrace decorated trees in pots, plants and wild climbing vines. Large bin filled with herbs near the kitchen. Tables, chairs and sun loungers, benches to caulked folder, canvases stretched at the top to protect day of bright sunshine or rain. The prairie used for the cultivation of the vine, the sunflower, Yam, Kamut, sorghum. Other party Sani a rearing of goats, rabbits and chickens and horses. There had a the main crossroads, the shops of local product or product from distant, and there, side walk public fruit and vegetable and then the hostel who both offered a cottage to the passersby with good food in the kitchen on the first floor. In this village there is only wine as alcoholic beverage. May be some former offer some times but wild fruit liqueur that is all. Today this village is the most original of the region. There has never been another disaster with.

VII

The young Dimik had crossed half of the forest when the Sun is put down on the horizon. Arrived on the shores of the Lake he decided to stop and respond to his bivouac for the night. He filed so his bag and these gourds and immediately went to look for dry to quickly prepare a fire wood and branches. He picked up enough wood to keep the fire a good time. He selected a suitable place for fire. He placed good average stone circle, removed the sand in the Center and began to climb the fire. A coup mounted he added two very dry grass handles below pieces of branch, he rubbed a match and in a moment the fire is lit and devin quickly a Brazier, a high flame. Comforting heat or Damik sat on the end of his bag leaning has a large tree trunk. It it relaxes by watching the flames dance, the day was leaving the sky to leave room for the royal blue night. Dimik listened to the crackling of the fire, by eating a good fruit and even some Grimil nuts. The smile on the lips he was happy with him even happy with long pleasant day. He will sleep peacefully without worry or fear in this millennial forest.

VIII

the refuge on the island Daryal the younger, son of Daryal former, this focus to write at his work table while taking tea with sweet herbs, with a wild Kamut cake filled with grimil nuts and brownberrys.

The work table is made of red cedar wood. It is cut into half-sphere sliced a single piece, placed on timber Brown-Earth in reverse has two Trestles, fitted and glued to the deck. A Chair has seat swivel, black wood, and the folder and arms yellow bamboo. The bottom of the seat is braided with a cord of pine saddled Brown . Robber resin suffused unbleached linen. Both legs it ends, foot of goat-shaped underside inlaid with a red wooden ball. Daryal young written on a parchment sheet, of a size of 12 inch by twenty. A tough paper. There are also other lesser quality paper for drafts. Replay will be made by the reviewer and and retranscribed on precious paper by the Scripting Guys. At the end all the sheets transcribed will be connect with finesse. Coverage will be added, expertly crafted and gilding metal inlay, with the title of « memorial millesima », with the name of Doryal the younger. If you can tell the age of Doryal the younger and his father Doryal the former, it would give more than two thousand years at least.

Doryal the younger life experience is so amazing.Ok! Already it is late. Doryal, after a moment of reflection, withdraws from the work table and go to the counter for this prepare a small snack. The night is almost black and he’ll therefore be sit by the fireplace in his rocking chair. He munched a good pear, reflecting on that day, a smile to the happy lips in his solitude tranquil and rich in spirit.Then it rises to went to his room, deserving of a good night’s sleep. He went to blow on the spark plugs after you close the shutters of the windows. A bed with sheets of flexible linen covered a large beautiful catalogue traditional, hot. It will sit on the edge, breathed on the bedside candle, the glow of the Moon secures it in its soft light at night canvas. Nestled snug under the silky-smooth sheets, breathe air with peace of mind. and some instant barely falls asleep. The lake at himself, soft wind dawn until the morning light this manifesto. Everything is grey and dark. Some sounds through the wet weather in the morning. The bird calls the creaking of trees, the insects sizzling anime silence living of its suspended moment of time. Gorges night. Tomorrow an other moment for Lisen new story.

Andrelio Belliveaudet

20140612-071138-25898353.jpg

20140612-071138-25898609.jpg

20140612-071143-25903895.jpg

20140612-071138-25898957.jpg

20140612-071140-25900566.jpg

Publié dans Nouvelle,novel, Novel/nouvel | Laisser un commentaire

Outils ‹ Andrelioo’s Blog — WordPress

Outils ‹ Andrelioo’s Blog — WordPress.

Publié dans Nouvelle,novel | Tagué , | Laisser un commentaire

Départ du Mexique le 10 mars 2011(journal de bord)

Le 10 mars 2011

Me voici depuis le 1er mars a San Cristobal de las Casas au Chiapas ,Mexique,près du Guatemala ,ville vivante avec son centre historique datant de 1546 . Cette ville ou je ressent un sentiment de joie et de plaisir de vivre. Cette ville culturel et vivante avec tout ses habitants internationaux et locaux ou le coût de la vie est incroyablement abordable . Le $ est a 12.22 pesos .C’est aussi le monde des Maya entourant la ville. Il y a aussi sa capital Tuxtla Gutierrez, a 45 minutes.

Voilà , je loge a l’antenne de la Posada Abuelito, ( grand père ) .Charmante auberge. Les propriétaires une mexicaine et un américain de père et grand père maya mexicain.Depuis deux ans ils ont aussi un commerce sur la rue commercial la Guadeloupe. kitsch & Bagel. Un cafe,bar et boutique. A l’auberge je loge dans une chambre confortable, draps de bain,serviette, évier en coin en terre cuite, porte française, salle de bain, douche en céramique tout neuf, accès a la cuisine collective pour concocter ses repas ,un petit salon avec foyer qui est aussi la reception, télé, film, jardin avec un puit rustique et Wifi inclus…… 15 jours 100$. .! Absolument incroyable. Reste a découvrir le quartier et ses commerce ,Cafe terrasses, parc central et place d’ armes.. . Déjà je connais le marcher central, les églises et les parcs, plus de douze quartier dans cette ville de 90,000 habitants. Tant de possibilité a y demeurer, bien que le prix des aliments dans le centre historique soit plus élevé , il y a toujours des prix très bas dans les cartiers tous prêt.

Bien des étrangers y vivent. Des italiens ,français ,anglais, ayant commerce sur rue: et des québécois aussi bien sur. Déjà, j’ai rencontré deux québécois qui y vivent, ayant marié une mexicaine et ayant une auberge dans le cartier.

Artistes, musiciens , et autre infortunés viennent y trouver refuge pour quelque semaines voir quelques mois pendant la saison sèche . Et bien oui! tout n’est pas parfait. La saison des pluies n’est pas des plus facile a ce qu’on dit. Il fait même assez froid en novembre, vue l’altitude a laquelle la ville est située. Mais il n’y a qu’a prendre un minibus et descendre vers la capital, a 45 minutes de Sancristobal et là, c’est la chaleur des tropiques.

Ce matin je suis assis au café terrasse, le Yik Café,situé sous l’ arcade. Yik , qui veut dire , le meilleurs. Le trottoir en terrasse de dix pied de large avec clôture en fer forgé, face au parc central de San Cristobal. Le soleil est présent et a dix heures du matin le temps est encore frais. Toujours les vendeuses maya viennent nous solliciter avec leurs artisanats sous le bras et dans les mains.

Le parc est ensoleillé et le vas et viens des gens est tard en ce dimanche matin de mars. j’écoute les échanges a la table voisine . Une américaine parle français avec deux autres. Elle a une maison et un terrain ici a la ville de San Cristobal .

Voila un café latté chaud, et je me décide a visiter le parc de la petite cathédrale situe sur la petite montagne, au centre de la ville, a quinze minute d’ ici. Je découvre que cette montagne ou colline est au centre de la ville elle est quatre fois plus petite que le montroyal.

16 mars
Un matin a la capital.

Bien ce matin lá il fait froid a Sancristobal, Chiapas,Mexico. 14 degré et je me suis dit, tiens je vais a la capital ,Tuxtla Gutiérrez. Je prend donc un mini bus neuf de 15 place a la station de bus, a 10 minute de l’auberge. Un billet a 4$ et je part pour la capital. Arrivé en 55 minute au centre ville près d’une immense Plaza de quatre cents pied carré en marbre gris. Il fait 32 celcius. Cette ville est situé dans une plaine a 1000 mètre plus bas . Waow! Je ne porte que mon tshirt il fait chaud et ensoleillé. Cette ville a.500,000 de population.

Je suis bien aise de cette chaleurs, 32 C°. Je fait donc le tour de la Plaza central immense comme un champ de football et je me dirige vers le parc de Marimba. Un parc de style colonial avec en son centre un grand gazebo colonial,comme a Sancristobal ; aussi, de grand arbres et des bancs en fer forgé et tout autour, la rue est les cafés, restaurants et boutique.

Tien! on offre de visiter le fameux canyon situe a 15 minute de la ville. Le départ est a un heure et il est midi. 20$ , bon j’attends un heure et je bouffe un peut et je décide. Un tacos suisse, et un verre de lait de riz froid offert par le resto. Et je suis prêt pour la randonnée.Je paye mon passage.

Et c’est parti on est 3 et oups.. On monte dans une vieille Chevrelet Malibu 1979 dépeint et ronronnent. Une minoune quoi! . My gâch !!! Je me dit on vas pas monter sur la montagne avec ça pour voir un canyon d’ en haut pour vingt piastre?

Mais non! Le chauffeur est mécanicien de métier et travail a temps perdu pour se service de transport touristique. Il adores les vieilles voitures et compte remettre cette voiture a neuf.

Pour la promenade : il nous sort de la ville , une ville de 500 milles habitants avec un seul gratte-ciel de 20 étage donc une ville très étendu ; après avoir traversée un grand pont au dessus d’une large rivière, nous tournons a droit et descendons vers un embarcadère très vaste avec une grande plateforme en ciment avec grande marche entrant dans l’eau. Des dizaines de personne attendent pour embarquer dans l’une des embarcation ressemblants a ceux du lac Atitlan au Guatemala. Donc,un groupe de français est devant nous; il monte a bord d’un bateau. Dix embarcations de 25 et 35 places avec de puissant moteurs de 115 a 200 CV. Me voila embarqué avec un groupe de gens du local et national et c’est partis pour 2hr et demis.oui 2hr et demis. Incroyable.

Nous démarrons en lion sur cette immense rivière et a grande vitesse, en repassant cette fois-ci sous l’immense pont en arche, filant vers l’entrée des gorges de la rivière pour enfin arriver aux premières hautes falaises de roche de chaque cote de la rivière .

Premier arrêt près d’une colonie de vautours noir du Mexique, approchant a près de dix pieds, des centaine de vautours sur la berge en pente, formé de pierre blanche, entrant dans l’eau, . Quel beau contraste: puis en route vers le centre du Canyon.

Nous arrivons maintenant en face de la plus haute falaise de roche du canyon . Plus de mille mètre de haut vertical comme un i. Incroyable. Je me sent si minuscule au milieux de cette rivière entre le falaise géante de ce fameux Canyon.

Nous poursuivons, et le capitaine nous invite a regarder au loin a droit dans des arbres en bosquet près de la rive, rare bosquet formé sur les chutes de pierres et de terre, créant ici un lieu propice a la pouce de la végétation et des arbres. Il y a dans ces grand arbres, des petits singes ,Mono, noir dont 2 avec leurs petits sur le dos, sautant de branche en branche, venant vers nous afin de nous observer tout en se nourrissent de fruit des arbres. Il sont a au moins 200 pied au dessus de nous, ils sont une vingtaine . Quel beau moment.

Et en route vers le creux du canyon, glissant a toute vitesse sur cette rivière immense et profonde ou le vent provoque des vagues. On peu apercevoir des cormorans, hérons blanc et hérons gris. Nous arrivons près d’ une sorte de cavité dans le mur du roche au une hauteur de soixante pied, une sorte de grotte ou on y voie un genre d’ autel dédié a la madone Guadeloupe, emblème et protectrice du Chiapas et de tout l’Amérique central , première sainte originaire de l’Amérique central. Fleur, statue, encens. Étrange ce lieu.

Nous poursuivons vers le nord toujours a grande vitesse, tout le groupe de vingt-cinq est ravi avec nos ceinture de sauvetage. Nous arrivons a un lieu magique face a une parois en une forme sculpté appelé l’arbre de Noël . Il s’agis d’ une formation en pierre créé par l’infiltration d’ eau donnant un aspects d’ un arbre et ses branches ressemblant a un sapin gigantesque, pareil a des panaches d’orignal a l’envers, arrivant jusqu’à toucher l’eau. Cet arbre de roche est haut d’une dizaine d’etages . Et sur la pointe de cette sorte d’ arbre une formation rocheuse donne l’impression d’ une étoile . Quelle vision sublime rejoignant mes racines canadienne et québécoise.

Ensuite, En route vers le réservoir d’ eau qui arrive au barrage hydroélectrique qui alimente toute la région en électricité et en eau . Quelque ruine maya et un voilier d’ oiseau. Mais aussi un crocodile : oui le crocodile est l’emblème du canyon. Il y en a beaucoup semble t’il.

Après un ravitaillement en gazoline, nous voila repartis en sens inverse: le retour vers l’embarcadère a toute vitesse, durant un heure,refaisant le trajet inverse . Quelle aventure ! Je ne m’attendais pas a cela. Bingo.

Il et quatre heures et ne veut pas retourner a Sancristobal tout de suite, donc le conducteur de la Malibu me laisse a de pas de l’embarcadère pour prendre un taxi collectif pour me diriger vers Chiapas de Corso,une ville a cinq kilomètres vers l’est. Une ville banlieue cette petite ville en son centre est superbe sont parc central est immense.restauré sous la présidence de Vincente Fox qui fut aussi le gouverneur du Chiapas. Au centre du parc il y a la plus vieille construction du Chiapas. Un gazébo avec toit en brique construit en 1528. dans sa forme le toit représentant la couronne d’ Espagne et l’église catholique sous Isabel de Castille et Ferdinand d’ Aragon.Rêne et roi d’ Espagne. Près du parc une rue se dirige vers la rivière . Il y a des commerce de produit artisanal et des boutique. Le tout est bien ordonné comparé a bien d’ autres endroi. Je suite le village a bord d’ un minibus qui m’emmène sur le bord de la grande autoroute ou la y li a un arrêt de bus pour aller vers Sancris. Je retourne a Sancristobal vers six heures a bord d’ un mini bus a 15 place que j’ai signalé sur le bord de la route arrive a la station d’ autobus le chaufeur ne ma pas demendé de payer. Même je suis revenu en lui jetant un regard et la pas réagis alors je suis reparti et je me suis dit comme je reprend le bus demain. Je verrai.

26 de mars

Encore de nouvelles aventure mais est-ce le hasard? Ou simplement la vie que je crée accompagné de mes anges. tout me semble si incroyable de trouver a chaque instant les lieux et les choses qui me plaises et me convient.

Hier, sur la route pour le Guatemala, je quitte donc la Posada Abolito, de la rue Tapachula, a Sancristobal ,Chiapas. Je sorti dans la rue avec mes lourd bagages et les ai traînés a l’intersection a quelques minutes de l’auberge. Un taxi a 2$ vers la gare d autobus et me voila partis dans un mini bus confortable vers la ville de Comitan a un heure et trente minutes de Sancris.jj’ai visité cette ville il y a quelques jours. Je change de bus a cette ville pour la frontière du Guatemala. A la douane mexicaine j’avais a payer le passage de 25$ mais comme je n’avais pas suffisamment d’argent mexicain et qu’ il n’y avais pas de guichet au deux banque voisine, le douanier a généreusement tamponné mon passeport.

Ensuite je pris un taxi bondé pour la barrière de la frontière. Je pris aussi un aide pour le transport de mes bagages a pied vers le poste de frontière du Guatemala. Le tampon rapidement reçu, sans file d’attente cette fois-ci mais le vieux douanier me semblais en état d’ ébriété. Il a regardé mes 40 pesos dans mes mains mimant avec sa tête et ses yeux son souhait d’ avoir l’argent. Je lui fait savoir que ces pesos était pour le porteur et que non je ne les lui donnerai pas. Il fit un sourire de déception et je suis parti pour ensuite prendre un taxi pick-up a 3 roue bien sur après avoir donné 20 pesos au porteur, ce qui était beaucoup. Mais il en avais bien besoin. Je changé mes pesos en quetzal ,l’argent du Guatemala. Le changeur a rigolé a propos de mes 20 pesos au porteur. Il a agrée comme moi que le pauvre il en avais besoin. Mes bagages a l’arrière du gros tuk tuk a trois roue pour m’emmener a la station d’autobus, les fameux chicken- bus,que moi je préfère nommé les camionetta, comme les guatémaltèques la nomment. Et là, le voyage va être fatigant. Ce son des autobus scolaires complètement transformés avec des couleurs flamboyante et du crôme rutilent du par-choque au phare et cela est pareil a l’intérieur. Super puisant moteur a quatorze rapport. Un autobus a cinquante place,mais ils font embarquer au moins 75 personnes. Ils ne laissent personne sur le bord de la route ils arrête souvent pour les faire monter. Imaginer moi,écrasé contre la fenêtre si ce n’est pas entre deux sièges. Personne ne se pleins et toujours en silence calme nous roulons a tout allure sur un chemin en très bonne état,serpentant parfois sur la crête de la montagne, parfois sur des corniches hautes de deux milles pied, accrochés a la montagne. Trois heures de route et nous arrivons a Huéhuéténango, une ville commerçante, carrefour pour le départ de dizaine de bus en route vers d’ autres régions du département.

Comme je n’avait plus d’argent guatémaltèque. Je pense tout suite aller a un guichet si il y en a un . Et bien oui. J’avais vingt minutes devant moi et j’ai donc retire de l’argent suffisamment pour mon arriver au prochain arrêt. A nouveau en route en camionetta vers le lac Atitlan. Mais il y a un arrêt a faire a Qetzaltenango ou Xela en langue Maya.Vers six heures trente du soir arrivé a un carrefour nommé Quatro-Camino a une demi heure avant Xela mais a deux heures trente du lac Atitlan . Je décide de passer la nuit a Xela.

J’y est passé quatre jours

,

; il y a temps a voir et a découvrir.Toujours de nouveaux endroit Café-Resto, bar et boite a chansons. Il y a aussi les buildings avec ces grande colonnes de style romain ou grec. J’ai même été voir les bonsaïs du curé de la Cathedral. Comment? ben en regardant vers le haut derrière la cathédrale, j’ai vue une douzaine de bonsaïs sur le rebord de la fenêtre du troisième étage. J’ai donc sonné pour voir si je pouvais visiter. Demain a neuf heures je suis invitée. Et bien la pièce contenais environ quarante bonsaï. Pin,cyprès et même un érable . Ce n’est pas tout . Il y avais deux grande cages contenant environ vingt perruches et autre oiseaux exotiques, puis deux grand aquariums de qualités avec des poissons exotiques magnifiques. Quelle surprise. Je dû partir car je crois que je devenais un peu trop expressif et j’avais assé pris de leurs temps au curé, l’assistant, et le secrétaire. Merci beaucoup

Je sorti très heureux de cette découverte. Et je n’avais pas fini il me restais la Pension Ernandez, le très bon hotel du parc central avec plus de 60 chambres, un hotel particulier ouvert en 1957. Puis je n’oublie pas le plus remarquable édifice du parc, une sorte de palace de style italien inauguré en 1900. Le premier centre commercial du Guatemala, haut de quatre étages, avec ces restaurants et la terrasse au troisième qui donne sur le parc central; j’y est déjeuné un matin tout ensoleillé, mais aussi la galerie intérieur en forme d’arche de style florentin dont le toit en arc est en fait une verrière. L’architecte et le décorateur était italien. Mais se bilding est ma fois a moitié delessé . Un manque de lumière le soir, et, que des bar de style moderne, écran géant, sport, musique forte, sombre. Ils loue des chambres au deuxième a prix modique car cet étage est délabré. Le parc central lui aussi aurais besoin d’ un meilleur éclairage le soir. car c’est un parc magnifique avec ses colonnes et autre structure de style romain entouré des plus beaux édifice de la ville. Je crois qu’ a l’époque la ville de Quetzaltenango fut la capital pour plusieurs année et c’est a cet époque que le parc et tout les immeubles fut construit avec faste et prestige.

Bon, je ne peu pas changer le monde et je dois l’accepter tel qu’il est. . Prenant un repas le long du grand boulevard a quinze minute du parc, je lis la presse local et je vois qu’il y a des événements culturel autour du parc ce soir. Je me suis présenté a un spectacle de théâtre. L’entré était gratuite. Je parlai avec la responsable de la Casa No’J, le nom de la maison de la culture de Xela. Elle était inquiète de ne pas voir beaucoup de spectateur. La pièce a commencée une demi heure en retard. Il y avais pas mal de gens. Je me suis dit: je ne comprendrai pas tout mais on verras. Et bien c’était une comédie style boulevard moderne fait de quiproquos .J’ai eu un tel plaisir a rire au éclat tout le long de la pièce. Mais a la moitié de la pièce l’électricité a manquée. Nous étions dans le noir total. Et bien comme il y a toujours une solution. Ils ont donner des chandelles a tous et chacun et ont apporter une table devant la scène et y on placé une dizaine de chandelles de toute sorte et la pièce a repris comme si de rien était. Quel soirée.

Il ya près du parc un Café-Resto qui se nomme. El Cuartito.la petite pièce. Quel ambiance ! Végétarien, cafe, repas léger, cour arrière avec galerie et colonne, a l’intérieur au fond,une petite scène, pour les spectacle de chansons en espagnole. Un mélange de client étranger et guatémaltèque. La propriétaire est américaine et vie a New York. Les gens guatémaltèque qui y travail sont toujours gentils. Je ne peut m’empêcher d’entretenir une conversation avec eux.

Il y a dans la salle des étrangers que viennent faire du volontariat ou étudier l’espagnole pour six mois ou plus. En les observant je ne pu me retenir de les juger. Assis au comptoir a l’entré je dit donc a l’une des serveuses guatémaltèque si jolie et charmante, que les étrangères son non seulement mal habillées. Elles sont tout simplement pas belle, maigre et semblent bourrées de complexe. La serveuse semblais d’accord avec ça.

Je bois toujours du bon cafe et je goûte au gâteau ou je prend des crêpes farcies recouverte d’ une sauce crémeuse. Tout ça est a un prix super abordable pour moi. Un peu plus chère qu’ailleur mais toujours abordable.
Mon iPad est souvent un moyen d’ entrer en conversations avec les employées des Cafés que je fréquente. Je les aimes ses gens là. Je m’y sent proche et ami.
Il y avais aussi près de mon auberge un lieu magnifique un cafe appeler le Cafétéria. J’y suis allé plusieurs fois.C’est dans une bâtisse en coin face a un micro-parc. Ce lieu inclue une boutique de produit sous étiquette équitable. Du cafe, bien sur, venant de plusieurs régions, donc des saveurs différentes et qualités différentes. Tables sous la verrière ou divan et fauteuils. Salle d’exposition ou se donne des cours de danse salsa. J’ai assisté a un cours et le prof était vraiment un professionnelle. Il a demandé a quelques un de nous de venir regarder l’exercice des deux couples qui suivais le cours de salsa. Très sympathie le prof de danse, un guatémaltèque.

Une promenade le dimanche au fontaines d’eau chaude de Georgina. A côté de Zunnil, village a 15 minute de Xela. Une petite aventure qui m’a enthousiasmé. Je pris donc une camionetta a partir du centre ville. Le autobus gravis une grande côte puis nous fimmes un arrêt au un village pour faire monter d’ autre passagers, puis nous longeons une rivière, belle avec l’eau un peu grise. Je vis le village de Zunnil entre les montages et son pont remplis de commerçant avec tout les légumes en gros sac de cinquante kilos. Je débarqué a l’entré du pont et je traversée au milieu de tonne de produit frais. Carottes, oignons, choux puis aussi pommes de terre, radis très gros, chou-fleurs. Des carottes de trois livres et des radis gros comme une orange. A des prix de gros incroyable. C’est ici que l’ont vient acheter en gros pour revendre dans toute la région et dans les villes voisines. Le prix des carottes par exemple est six dollars pour cinquante kilos. Après avoir traversé le marcher je longé la rue qui mène a l’église. La il y a le marcher local habituel de tous les jours. Le marcher sur le pont se produit le dimanche. Je fini par me rendre a l’autre extrémité du village. Je cherche une possibilité de me rendre au source d’ eau chaude de Gorgiana. Un pick-up me propose un accompagnement a sept dollars. C’est trop cinquante qetzales. J’en repère un pour 35Q bon on y vas. C’est a 3 km. Tout le long il y a des champs de légumes de toute sorte. Tous très bien organisé avec des gicleurs d’arrosage. Le temps est couvert mes la lumière est visible. Nous sommes en haute altitude. Je fait le lien entre les légumes énormes les champs en pente vers la rivière au fond, la rivière grise qui me semble très pollué par les engrais chimiques utilisé en grande quantité. Les résidus chimique se diriges donc inévitablement vers le bas surtout lorsqu’arrive la saison des pluies. Lorsque je suis arrivé a l’église tout a l’heure, il y avais une grande banderole en plastique en imprimée très moderne, avec le texte indiquant la journée international de l’eau et invitant a protège les sources d’eau de la pollution. Totalement aberrant. Le gouvernement Colom, Président du Guatemala, cette semaine, a la television du Guatemala, annonçant des subventions au paysans pour l’achat d’engrais chimique. Vive l’engrais biologique.

Bon en route pour les sources chaude de Georgina. nous arrivons a l’entré du lieu 50Q, un trottoir nous amené au lieu-dit a la droite du trottoir des maisonnettes a louer et avec un terrain ou il y a des endroit pour faire griller de la viande et autre, et des bancs et tables pour prendre des repas. Le lieu ou l’on se baigne est bien aménager avec un restaurant directe sur une des sorte de piscine avec musique moderne et boissons. Je voie trois bains de baignade. Un bassin collé sur la montagne car nous somment en corniche a flan de montagne.quelle belle expérience

Mais voilà , ce matin je part pour San Pedro pas de temp a perdre c’est décidé,je le sent ,je le sais. Mes bagages dans la rue et je me dirige vers l’arrêt . Je l’avais déjà repérée hier. Un bus de la ville a 10 cent puis on traverse des quartiers que je ne connaissais pas. A ma décente du bus je fut invité a passer travers le marcher au légumes et fruits. Immense ce marché. Un gatemalteque traversant aussi le marché m’offre son aide en me parlant un très bon anglais. Il est venue des États Unis ou il travail a New York. Il est venue au chevet de sa mère qui est malade. Arrivé a l’autre bout du marcher central nous nous quittons , j’apperçois les autobus voyageurs. Et celle pour le lac Atitlan est dans un heure.

San Pedro,le 6 avril, vue sur le lac, de la fenêtre du studio, a la Villa Cuba.

Quelle belle trouvaille que ce petit studio-maisonnette totalement indépendant du bâtiment. Je loge a l’antenne de la Villa Cuba, tenu par un pur cubain noir comme le fond d’ un chaudron, avec sa femme guatémaltèque espagnol blanche.
Devant la baie vitrée il y a une terrasse avec une table ronde tout en céramique et trois bancs en ciment. Il y a un jardin de légumes d’ un côté et de mon côté, un jardin de fleurs en plateau descendent a trois cents pieds plus bas, atteignant la plage et le lac. La vue est imprenable avec la baie vitrée faisant la moitier du studio. Les planchers sont tous en céramique beige-crème . Il y a deux marches pour arriver au niveau de la cuisine et de la chambre. Le mur autour du lit et en pierre. Les fenêtres de la baie vitrée sont en bois. Toute les fenêtres s’ouvre, avec moustiquaire. Même la porte d’ entrée en a un. Un évier , un poêle au gaz , le comptoir en céramique blanche en L et un petit frigo . Le lit a double matelas confortable . Une étagère en métal a trois niveau sur roulette. Ils mon offert une télé car il y a le câble. Elle est installé sur l’étagère. Une chambre de bain avec lavabo, toilette et douche,avec eau chaude. J’ai installé le iPad sur la petite table en bois vernis collée sur la baie vitrée.C’est la que je vais écrire un peu ces prochains jours.

La hôtel Villa Cuba est situe a moins d’un kilomètre du centre de San Pablo, au pied du volcan San Pedro . En fait,l’hôtel, comme tout les autres maisons autour, est a flan de montagne du volcan, puisque la base du volcan va directement dans le lac. Un volcan éteint bien sur. Ce qui veut dire que je suis a bonne hauteur pour voir le lac et tout les villages et les montagnes en face de l’autre côté de la baie de San Juan. Etrange le jardin d’ognion en étage tout a coté de l’hôtel.

Six heure du matin. J’ai bien dormi. Le soleil est fort. Ce sera une chaude journée. Je suis allé marcher le long de la plage. Les travailleurs arrosent les plateaux de légumes en tirant l’eau du lac avec un générateur a gazoline. Un bon moteur et un boyau de trois pouces de diamètre. Il y a tout le long de la rive des dizaines de jardin en terrasse. Ils cultivent ici surtout l’oignon mais aussi le choux et le radis.

Avec la petite maisonnette, Je crois avoir trouvé l’endroit pour le reste du temps, ici, avant le retour au Québec. Un lieu en retrait. Je prendrai ce temps pour faire un bilan en quelque sorte sans rien m’imposer. Et puis aussi comme une préparation après six mois a l’extérieur du Québec.

Le lendemain.

Me voila a San Marcos pour l’après midi . J’ai récupérer les tapis de paille et autre choses que je revend sur la place central. J’ai déjà vendu le gicleur et la machette. Et quelqu’un est intéresse au tapis alors tout vas bien et puis je suis content de voir Herman au magasin central, et puis lui aussi. Bon les enfants viennent d’ arriver. Je les connais. Ils sont gentils et ils passent la journée dans le village et retourne a la maison tard le soir. Je leurs est donne un biscuit sec. C’est ce qu’il m’ont demandé.

Le vent c’est levé et le soleil est toujours de la parti. J’ai bu une bière il est 14 hr 51. Je dois décider ce que je fait maintenant. J’ai tout ce qu’il me faut dans mon sac a dos pour faire la cuisine ce soir a la maison. Je par en direction du quai de San Marcos. Je marche sur le trottoir et essais de vendre les tapis ainsi que les deux petit tapis de bain.

En fait Pascal, du centre de massage Vitalis, a acheté les deux petit tapis. Puis je part prendre le bateau pour San Pedro . Philip, l’allemand , est a bord avec tout ses bagages. Il me dit qu’il vas vivre a San Pedro et ouvrir un commerce a la place du bar, Le Freedom, qui a fermé. Je lui propose mes tapis, il les prends tout de suite pour le commerce. J’ai donc tout vendu.

Je suis allé prendre un café au Cristallinas avec Luis, le propriétaire de la brulerie, et nous avons projeté de lui crée un site internet pour son commerce. Nous avons regarder le site de l’Auberge du Marchand a Maria et le site de la Villa Cuba ou j’habite. Un spécialise vas venir le rencontrer. Ce spécialiste je l’ai rencontré a San Marcos hier, tout en blanc et très sympathie. Je lui est suggéré de passer au Café Cristalinas a San Pedro et rencontrer Luis le propriétaire.

Il est 7.43 ce matin du 8 avril je viens de descendre vers le lac et j’ai rencontré une anglaise d’ un certain âge avec un accent délicieux. Elle loue le studio en haut de la Villa Cuba. Elle est danseuse contemporaine. Elle a pris son bain dans le lac. Je compte bien le faire aussi. Encore une fois de ma fenêtre la vue sur le lac est superbe. J’écoute Diana Crawl.

ce matin je me fait a déjeuné. Et c’est fait. Je peut continuer a écrire.

Dimanche 10 avril 17.30

Je viens de vivre une forte expérience il y a 30 minutes. Je revenais vers mon hôtel par la plage. Tout le long il y a plein de guatémaltèque Maya, en se dimanche. Ils se baigne et font la lessive direct dans l’eau. J’arrive alors a côté d’ une décente en pierre loin des gens de la plage. Une décente de trois marche qui vas a l’eau. Je vis un corps inerte face contre terre dans l’eau a 2 pieds du rivage en bas des marches. Le jeune homme est là, mort noyer. Un homme est avec moi très perturbé par la vue du corps inerte. C’est lui qu’il l’ a vue le premier. Nous voyons bien qu’il y a au moins un bon moment qu’il est mort. Quoi faire. L’homme avec moi a un cellulaire. Je lui suggère d’ appeler la police immédiatement. Il dit qu’il n’a pas de temps d’appel. Je lui dit qu’il peut faire le123 gratuitement. Je suis certain que l’homme dans l’eau en costume de bain c’est heurté a une pierre et c’est évanoui et est mort noyer. Aurais ‘je pu l’aider en le sortant de l’eau et lui faire la respiration artificiel?

Il semblais trop tard et je n’avais aucune réaction, et je voulais absolument contacter la police, si elle pouvais venir rapidement. Mais ici est ce la police ou l’ambulance ou je ne sais qui. L’accident c’est produit a cinq minutes de la route près de dizaine de gens le long de la plage qui n’ont eu aucune connaissance de se drame. Un petit mur en pierre et une descente de trois marche empêchais de voir le corps du jeune homme. Je suis rapidement partis avec l’homme au cellulaire vers des hommes qui se reposais en haut prêt d’ un jardin de légume tendissent que d’ autre personne arriver près du lieu de l’incident. Personne ne sais quoi faire. Je suis le seul étranger sur place. Nous réussissons a rejoindre la police et les hommes plus haut arrivent. Un des hommes reconnait l’homme qu’il avais vu se dévêtir sur la plage et allé a l’eau il y a environ vingts minute selon lui. Il était émotif et triste de ne pas l’avoir remarqué avant. Personne ne veut toucher au corps et je quitté le lieu pour aller vers mon hôtel a quelque minute de la. Je parler au propriétaire de mon ‘hôtel de se qui se passe sur la plage. Un moment plus tard je vois des gens arriver au loin et sortent le corps de l’eau. Je retourne rapidement sur le lieu de l’incident. Je vois bien que c’est la famille qui a sorti le corps de l’eau et pleurent a chaude larme tentant de le réanimer. Mes en vain, la mère ne pleure pas et l’essuie avec une serviette. Le frère prend le corps sur son dos et toute la famille suis en pleurant. La mère ne pleure pas. De l’eau vaseuse sort de la bouche du corps. C’est un accident bête. Quel triste histoire. Ils habitent a deux pas d’ ici.

Et moi je quitté les lieux et partagea l’histoire a une famille sur le bord de la plage près de la montée vers mon studio. Quant je leurs est dit que la famille avais emporté le corps, ils me fi comprendre que c’était mieux ainsi car cela couterais très cher en argent a la famille, la police,l’investigation, l’ambulance etc. Quelle étrange situation. Je retourne au studio et j’écris tout ça.
Plus tard en prenant une marche sur le chemin près du la villa Cuba , je tenté de percevoir la famille endeuillé en vain. Je vis un curé en robe noir parlant a des gens.Il attend un taxi. En me voyant il me tendis la main en me saluât. Je ne pu m’empêcher de lui parler de l’accident. Il ne savais rien de l’accident et demande au gens s’ ils étaient au courant. Une femme lui donna l’information je crois. Le curé me remercia de l’informer et parti en taxi vers la ville. Je crois que le curé se devais de savoir ses informations. Probablement il pourra aider la famille a traverser cette dure épreuve. Quant a moi je retourne a mon studio. Voila pour cette histoire.

Il est minuit et je ne dors pas. Je regrette de ne pas avoir eu de réaction face a la situation d’ hier. Lorsque j’était devant l’homme gisant dans l’eau. J’aurais pu rapidement le sortir de l’eau et tenter de le réanimer. Peut être que cela ne faisais que quelque minute que l’homme était inconscient. Je suis a pense que je ne suis pas centré ni dans pensée, parole, action. Passer a l’action rapidement sans penser. Rien d’autre que de passer a l’action pour la vie qui veut être. Je regrette. Mais je laisse passer. Je passe a autre chose. Il est trop tard maintenant. André tu est amour et lumière et tu apprendra a nouveau sur ta route d’ éveil, sur ton chemin de lumière. Tu saurais agir différemment.

12 avril 8 hr

je dois changer de chambre je prend la chambre en haut avec une balcon et une cuisine collective un vue superbe sur le lac.

17 avril 7hr pm.
Je suis toujours a San Pedro, il est sept heures et je viens de finir mon repas au restaurant D’ noz près du quai. Suprême de poulet tomate et pesto, riz et salade. 40 Q. Rhum a 10 Q . Il y a un film sur grand écran ce soir. C’est,Baraka, un film sans parole, une sorte de panorama du monde un peu comme les spot info en France appelé : no comment. Je vais voir si je reste pour le film. Je reste le voir car c’est vraiment super comme documentaire.

En Ce 17 avril, il a fait chaud au lac Atitlan et le temps est humide, avec un smog de chaleur. Le soir c’est absolument confortable. Tout ces derniers cinq mois le ciel a été claire et pur avec une température idéal. Le mois d’ avril est le plus chaud avant le début de la saison des pluies en mai. Il y a donc plus ‘ d’humidité même si nous sommes a 1500 mètres d’altitude ici au lac Atitlan.

Je ne suis pas dans la pensée de fin de voyage mais je restreint mes implications. Je me surprend a regarder pour un logement au centre de San Pedro pour mon probable retour en novembre prochain. C’est sur se retour sera surement plus impliqué pour la question monétaire voir, travail, vente-achat , négoce. J’ ai pas mal d’ idées et se sera un intention claire de m’ intègre …..ou, qui sais , peut être je serai en Égypte ou en Thaïlande. Juste pour dire que la vie peu avoir d’ autre chemin que celui que je pense en se moment. Je fait confiance a la vie car la vie c’est aussi le divin en tout n’est ce pas?

Le serveur du restaurant D’ Noz je le connais depuis l’an dernier. Il vie ici six mois par année. Il fait un service super pro. Ce que je souhaite pour moi en novembre prochain a mon retour . Un travail une implication mais aussi une liberté. Je pense a sérieusement écrire d’avantage.

J’aime se coin de pays. Et en même temps il y a tant a découvrir dans ce pays et même au Mexique, au Belize ou Panama. Je crois que le port d’ attache sera au lac Atitlan a San Pedro. il me semble que San Marcos ,pour y vivre c’est fini. Mais je reste ouvert a toute invitation,rencontre et proposition.
En cette fin de mois, je vois comme je suis devenue plus un voyageur qu’ un résident , mais aussi, plus un être qui cherche a résider qu’à être un touriste dans son cocon. Tout est en constante évolution ,tout le regard et la perception change et se transforme.c’est comme s’éloigner et se rapprocher du  » UN  » a l’intérieur .

Des voisins de palier sont américain du Texas. Il y en a a profusion ici.Ils sont super intéressant, retraitée avec une bonne éducation. Je veut dire qu’il sont instruit et très ouvert et informer sur se qu’il se passe dans la monde et avec une opinion forte et claire sur bien des sujets. Mais après quelque jours ma perception change et je prend mes distances de peur de tomber dans le jugement. J’apprécie a garder mes distance dans ces situation et de garder ma total liberté d’action. Comme je peu voir aussi la conscience a garder mes distance face a Murielle , une touriste du Québec en vacance a San Pedro .

22 avril. Les dernières semaine en Amérique Central.

La semaine sainte a San Pedro

C’est la semaine sainte. C’est la pâques,la fête.Je suis au alentour du quai dont les bateaux-taxi partent pour Santiago, la ville a une demi heure d’ici. Il y a plein de gens, les quelques restaurant sont plein c’est bon pour tous.c’est que les gens de partout au Guatemala son en vacance et parte pour le lac Atitlan et pour la côte pacifique.pour moi c’est trop bruitant.

Aujourd’hui je me rendre a la plage de sable noir au bout de la route de la Finca au sud- est de la ville . Cette plage est au pied du volcan éteint de Atitlan. La plage de sable gris fait peut être six cent pieds et pour se rendre a cette plage il faut d’ abord se rendre au bout de la route au sud- est. Là, il y a un sentier très sinueux a flan de colline. De chaque cote il y a des centaines de plant de caféier. Nous somme au coeur de la vielle FINCA. Puis nous arrivons a une ferme de plantation de cafe de San Pedro. Nous traversons des vieux bâtiments de pierre et nous arrivons enfin a la plage. Alors c’est là fête. Tout les gens de San Pedro y vienne pour prendre un repas en famille. Moi je marche sur le sable et regarde tous se monde il y en a partout. Il y a des bateaux qui arrive et font descendre les gens . Beaucoup d’autre arrivent par le sentier. Quelqu’un me fait signe si je veut prendre le bateau du retour vers le quai de Santiago. Je fait signe que non. Je décide de partir il y a trop de monde. Je reprend donc le sentier pour me rendre sur le chemin du retour

20111011-122526.jpg

Publié dans tour d'un monde | Laisser un commentaire